Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux

Cet article est protégé par les droits d'auteur ©nikibar.com 2006.

L'ART DE LA CONVERSATION ou "Comment choisir ses invités"

Niki Vered-Bar (Verderber)

Le choix des invités

Lorsque vous invitez des amis, votre rôle ne se limite pas à la qualité et à la bonne ordonnance du repas. Vous devez aussi veiller à ce que chaque convive garde le souvenir d'un conversation plaisante et donc d'une bonne ambiance.
Si possible, banissez de votre table les convives qui y ont autant leur place que des dromadaires sur la banquise.
Voici une galerie de portraits qui vous aidera à bien les choisir...

Galerie de portraits

Les intervenants :
fleche  L'hôte idéal :
premier
Il est beau, charismatique et sympathique.
Il a toujours un sujet passionnant à proposer et ce qu'il dit est authentique. Il est bon causeur et sait aussi bien parler qu'écouter. Il met les autres en confiance, les encourage et les motive, si bien que, grâce à lui, on se sent très vite plus intelligent.
(Ne nous leurrons pas, ce personnage est difficile à trouver ; il est rare, voire utopique...)
fleche  L'amplificateur :
Vous arrive-t-il, lors d'une discussion, de reprendre un interlocuteur :
"Mais ça ne va pas, non ? Je n'ai jamais dit ça !"
Vous rectifiez : vous avez dit que vous n'avez pas aimé le dernier roman d'Amélie Nothomb, certes, mais vous n'avez jamais dit que vous abhorrez cet écrivain, voyons !
Cet intervenant (d'origine marseillaise, peut-être ?) a le chic pour tout exagérer.
Voici comment une histoire banale se transforme :
"J'ai attendu cinq bonnes minutes à la caisse ; la personne devant moi ne trouvait plus son porte-monnaie et disait qu'on le lui avait volé !"
Récit colporté par l'amplificateur :
"Elle a dû attendre des heures à la caisse : une cliente a été agressée et dévalisée ! Des gangsters, oui ! Si, si... même qu'ils étaient armés jusqu'aux dents ! Ils ont pillé le magasin, pris des otages, tiré dans tous les sens, partout..."
Méfiez-vous de ce que vous allez lui confier : un petit bouquet risque de croître en un jardin immense, une légère bruine en tempête, un lac en océan, une feuille en forêt, un caillou en montagne, un grain de sable en désert...
fleche  Le passionné :
Jusqu'ici, ce convive discret et silencieux ne participait à la discussion que par de vagues borborygmes, des "humhum !" ou des "ohoh !" de tiède politesse.
Soudain, il a fait rebondir un mot ou une phrase sur le sujet qu'il espérait aborder : sa passion... Et c'est parti !
Prenons comme exemple le cas d'une personne dévorée par l'amour qu'elle porte à ses petits-enfants ; la voilà lancée sur les exploits des mômes, leurs coups d'éclats, la "dernière" du plus jeune.
Oh ! Quel hasard ! Elle a justement des photos sur elle et vous les colle sous le nez !
enfants

Au début, les autres sourient, certains se sentent concernés et essaient de glisser :
"Tiens ! c'est comme pour mon petit dernier ! lui aussi a..."
Mais le passionné sort encore les dessins de l'un des gosses, les brandit, et continue son récit. Impossible d'esquiver. Vous allez crouler sous les biberons des nourrissons, les moues, les doudous, les risettes et les layettes, du stade anal au stade oedipien, et ce, jusqu'à la fin de la soirée.
Ne prenez pas cette mine catastrophée, il y a pire ! Imaginez que le passionné soit un fou d'informatique. Alors là, vous allez drôlement en baver : il va sortir le mini ordinateur portable dernier cri qu'il avait dissimulé jusque-là sous sa veste, et ne résistera pas à l'envie de vous faire une démonstration...
Pour éviter que la soirée parte en vrille, prévoyez un autre passionné, féru du même intérêt, et remisez-les, tous les deux, à l'écart des autres. (Un grenier, un balcon, un placard ou un garage feront très bien l'affaire.)
fleche  Celui qui ne trouve pas ses mots :
bulles
Des bulles
plein la tête...
Plutôt brouillon, ce personnage ! Son vocabulaire sous les semelles et des bulles plein la tête, il remplace les mots par des mimiques ou par des "truc", "machin", "chose"...
Cela donne des phrases d'une complexité inouïe :
"Hier, j'étais chez... Comment s'appelle-t-il ? Vous savez, Machin... le grand type, celui qui a une fille qui est championne de truc... Bref, j'ai vu dans son salon un bidule électrique, c'est quoi déjà ? La même chose que j'ai failli acheter l'autre jour, vous savez bien..."
Ah non, vous ne savez pas ! Alors, il s'énerve de ne pas être compris :
"Mais non, voyons ! Pas une lampe, puisque je vous dis que j'étais chez Machin ! Enfin !"
fleche  Celui qui parle peu mais qui parle bien :
Dès qu'il prononce un mot, il est écouté religieusement. Ne vous en mêlez pas, il se débrouille très bien sans l'aide de quiconque !
fleche  Celui qui n'arrive pas à en placer une :
Il manque de confiance en lui
Il manque de confiance en lui. Il s'agite, essaie d'intervenir dans la discussion sans parvenir à entrer dans le jeu, ne va pas au bout de ses idées et s'interrompt dès qu'on conteste ses dires.
Allez, soyez sympa et aidez-le à se faire écouter...
fleche  Le pollueur sonore :
Il ponctue ses paroles de bruits divers.
À table, les couverts vont s'entrechoquer, l'ouvre-bouteille va grincer contre le rond de serviette...
Si rien n'est à portée de ses mains, il tambourinera de son poing sur la table, fera claquer ses articulations, battra la mesure avec son coude.
Vous n'avez pas le choix : distribuez, discrètement, des protections auditives à vos autres invités.
fleche  Celui qui a toujours raison :
Souvent exaspérant, on n'entend que lui ! Il monopolise la parole, accapare l'attention, impose ses opinions et ne permet à quiconque de donner un avis autre que le sien.
Ce "Moi-je" peut tenir des heures durant le devant de la scène et plomber toute une soirée. Essayez de former une coalition, de le renverser, et prenez la décision de ne plus l'inviter...
(voir : Bollog a toujours raison)
fleche  Le savant :
Il est fa-ti-gant ! Ce vaniteux se gargarise de discours érudits ; il ne sait parler qu'en phrases pédantes, obscures et alambiquées.
Le pire, c'est lorsqu'il vous assène un :
"Quoi ? Tu ne savais pas ? Comment est-ce possible ?"
N'hésitez pas à lui couper la parole avec tact et à vite amorcer un thème passe-partout, bien "ras de la bouse", et accessible à tous.
fleche  Le monotone :
Aïe ! Dès qu'il prend la parole, le temps paraît couler au ralenti et vous allez passer un long moment d'ennui mortel. Ce type s'exprime sur un ton monocorde.
Impossible, si on tient à rester un tantinet poli, d'interrompre son débit car on ne peut savoir s'il en est au début ou à la fin d'une phrase.
Il ne vous reste qu'à subir et dormir un peu.
fleche  Le rigolo :
Bourvil
Bourvil
Un petit joyau, cet invité : chaque mot évoque chez lui un bon mot ou une bonne blague qu'il s'empresse de raconter.
Cela peut être hilarant, surtout s'il intervient lors des discours de l'un des derniers zigotos cités ci-dessus.
Son rire est communicatif et engendre fous rires et bonne humeur.
Attention, à forte dose, c'est déjà moins drôle...
fleche  L'hypocondriaque :
Ne le brusquez surtout pas : vous ne vous en êtes pas encore rendu compte, mais ce type souffre comme un damné. Aucune maladie ne l'a jamais épargné : il a tout eu et va vous le raconter en détail... Offrez-lui une aspirine et renvoyez-le se coucher chez lui au plus vite.
fleche  Le mystérieux :
Sherlock Holmes
Sherlock Holmes
Il parle par énigmes et commence ses phrases ainsi :
"Il faut que je vous raconte quelque chose, devinez quoi ?"
Tout le monde s'y met, enquête, et les supputations vont bon train. Personne ne trouve. Un peu plus tard, il ajoute :
"Je vous donne un indice ?"
Il vous laisse mariner encore quelques bonnes minutes puis revient à la charge :
"Allez ! Faites un effort, quoi !"
Mais les Sherlock Holmes en herbe, découragés, commencent à ranger leur panoplie. Un grand silence plane. Le faiseur de mystère s'acharne :
"Pas la peine de chercher ! Vous ne devinerez jamais ce que j'ai fait hier !"
Bon ! Au moins, maintenant, c'est clair : l'affaire est donc close. Inutile de continuer à vous creuser la tête, vous pouvez enfin changer de sujet...
fleche  Celui qui dit des fleurs :
Henri Rousseau
La muse inspirant le poète
Henri Rousseau
Un poète et un magicien. Il vous chante le coquelicot, l'aubépine et la pâquerette en mots de fête, en mots dorés, sur n'importe quel sujet.
Tel un troubadour, il vous enivre d'odes et de couplets qui ouvrent les mondes.
Ses bouquets parfumés glissent, rebondissent, au gré des conversations.
On l'écoute avec émotion, il sait si bien parsemer de tendres corolles de pétales ses paroles, quelles que soient les idées qu'elles portent.
fleche  Le médisant :
Il propage des ragots et pratique la délation avec un petit air innocent qui ne trompe personne.
"Comment ? Vous n'étiez pas au courant ? Pourtant, tout le monde en parle !"
Évitez de croiser son regard, il serait capable de balancer aux autres que vous... Ok, je ne dis plus rien !
fleche  Celui qui passe du coq à l'âne :
Il veut vous raconter son voyage à Barcelone, mais, après un quart d'heure de narration, il n'est toujours pas près d'y arriver.
Ça commençait bien pourtant. Il relatait son départ, l'embarquement, l'avion venait de décoller et il était assis à côté d'un musicien...
(Une pose.)
"Un musicien, oui ! Ah ! Cela me rappelle le concert auquel j'avais assisté au printemps dernier : j'étais drôlement patraque, si bien que j'avais dû sortir avant la fin ; une petite crise de foie ; sans doute à cause du poisson que j'avais mangé chez Victor... Saviez-vous que Victor est au chômage ? À propos de chômage, Julie vient de trouver du travail : oui, elle est responsable marketing chez VAT-Temps. Au fait, ils ont ouvert une succursale près du marché. Il est bien ce marché d'ailleurs, bien achalandé ; j'y ai acheté le mois dernier un pantalon en toile écrue pour trois fois rien. Je l'ai mis surtout à Barcelone. Ah ! en parlant de Barcelone, il faut que je vous raconte mon voyage..."
Intervenez au plus vite, les escales risquent d'être nombreuses et de durer longtemps, très très longtemps...
fleche  L'aspirateur :
Il pique les pensées originales des autres et vous les ressert à sa sauce...
Si, après un exposé, et les applaudissements qu'il reçoit avec une feinte humilité, quelqu'un s'écrie :
"Hé ! mais c'est MON idée ! Je t'en avais parlé justement hier !",
il ne se démontera pas, prendra un air étonné et circonspect et passera à autre chose : il va maintenant développer l'idée d'un autre qui n'est pas là, lui !
fleche  Celui qui surenchérit :
Vous n'aurez jamais le dernier mot avec lui. Il coupera vite votre récit d'un :
"Pfff ! Mais ce n'est rien ça ! Moi, il m'est arrivé bien pire ! * Figurez-vous que..."
Et patati et patata. Lorsque, à court de ressources, il ne trouve plus dans ses propres souvenirs de quoi alimenter son crescendo, il se greffera sur ses proches :
"Pfff ! Mais ce n'est rien ça ! Il est arrivé bien pire* à l'un de mes amis ! Figurez-vous que...."

*ou bien mieux !
fleche  L'anti-tout :
C'est automatique chez ce discuteur : il prendra le contre-pied de tout ce que vous direz.
Pour peu que vous ayez le culot d'avancer :
"Quel beau temps aujourd'hui...",
même si le ciel est bleu, il ripostera aigrement :
"Vous trouvez que ça c'est du beau temps ? Un temps de chien, oui !"
fleche  Celui qui anticipe :
Il sait mieux que vous ce que vous allez dire et vous interrompt en continuant votre récit tel qu'il le conçoit, lui...
Vous venez tout juste de commencer votre phrase :
- Je suis entrée dans la boulangerie...
qu'il prend la relève :
- Il n'y avait plus de baguette, hein ? Moi aussi, cela m'est arrivé, un jour ; c'est scandaleux !
- Non ! J'ai attendu mon tour, il y avait du monde, et...
- Ah ! Ils ont fermé boutique sans servir leurs clients, n'est-ce pas ?
- Non ! Donc, j'attendais mon tour lorsque quelqu'un m'a tapé sur l'épaule...
- C'était Jojo ! Il m'a dit qu'il y avait du monde quand il est sorti acheter son pain, hier !
- Non ! Ce n'était pas Jojo, c'était madame Duchnoque qui...
- Je sais ! Il paraît qu'elle va se remarier ! Elle t'a dit avec qui ? Moi j'ai entendu dire que...
Une seule solution : vous modulez votre voix en mode supersonique :
- NONNN ! Elle-m'a-juste-signalé-que-le-pain-est-très-bon-et-pas-cher-dans-la-nouvelle-boulangerie-qui-vient-d'ouvrir !
fleche  Le mythomane :
Il va vous embarquer dans des histoires inouïes. Il fabule, désarticule les frontières du réel et de l'irréel et réinvente les couleurs de la vérité.
Laissez-le parler ; détendez-vous, fermez les yeux, retrouvez les mondes imaginaires de votre enfance... Vous vous souvenez ? Lorsque vous passiez sous une rigole, vous affrontiez les chutes du Niagara, et quand vous marchiez sur le rebord d'un trottoir, vous dominiez des abysses.
fleche  Le presse-purée :
patate
La pauvre patate...
Une jeune pomme de terre avance dans la vie, bien dans sa peau, la chair ferme. Un matin, on sonne à sa porte. Elle enfile vite sa robe de chambre et va ouvrir. Erreur fatale ! Entre alors un presse-purée menaçant qui s'avance vers elle en brandissant sa lourde grille...
La pauvre patate, soufflée, perd l'équilibre et, hop ! happée par le presse-purée, elle finit en... purée.
La morale de cette histoire : méfiez-vous de ceux qui, désireux d'exercer leur force et leur domination, cherchent à vous écraser.
D'accord, ces péripéties sont gratinées et un peu lourdes à digérer, j'en conviens... Mais restez sur vos gardes et sachez à présent reconnaître le presse-purée ; c'est celui qui vous interrompt à tout bout de champ avec mépris :
"Quelles bêtises ! Tu dis vraiment n'importe quoi !"
fleche  Le gaffeur :
Gaston Lagaffe
- Super !
Attention : ne pas le confondre avec le médisant. Non, lui n'est mû par aucune mauvaise intention.
C'est le type qui, un grand sourire de joie sincère sur le visage, dira en rencontrant une amie qu'il n'a pas vue depuis longtemps :
"Super ! Tu es enceinte, je vois ! Tu dois accoucher bientôt ? Tu en es à quel mois ?"
Ce à quoi répondra l'amie (ou plutôt celle qui était son amie), qu'elle en est à son troisième mois de régime et qu'elle n'arrive toujours pas à perdre ses kilos en trop...
Ne lui confiez jamais un secret, il est trop maladroit pour le garder. Dans les conversations, il sera considéré par les uns avec effroi et par d'autres avec une jubilation contenue : rien de tel qu'un personnage pareil pour révéler, candidement, un beau chapelet d'indiscrétions croustillantes !
fleche  Le salace :
Que ce soit en jeux de mots ou en ronds de jambes, il cherche surtout à attirer l'attention de la gent féminine. Lui, les mots crus, les blagues sur la sexualité, les déclarations libertines, il jongle avec. Tout comme le rigolo, il saisit le moindre prétexte pour vous déboutonner sa libido.
Oh ! n'ayez crainte, ce n'est pas un pervers. En général, il n'allie pas le geste à la parole... Certes, il entourera vos épaules, mesdames, en disant qu'il n'aime que vous, mais... il dit ça à toutes les femmes, alors... Vous entrerez dans son jeu, soit gloussante et rougissante, soit grimaçante, raide et coincée.
Vous, messieurs, vous hausserez peut-être les épaules en souriant ?
Quand même, trop, c'est trop ! N'hésitez pas à le lui dire.
fleche  Celui qui parle en métaphores :
Petit cousin du poète, il vous fait des phrases définitives, riches en formules imagées et en codes masqués, dont la signification n'est pas toujours évidente.
Il vous en met plein la vue : vous allez passer de longs moments ambigus à décortiquer le sens de ses mots !
L'avantage d'un tel procédé c'est, à condition de posséder une bonne dose d'imagination et d'un granule de poésie, de pouvoir parler de tout sans nécessairement savoir de quoi on parle.
Voici un exemple :
"La politique aujourd'hui, c'est une grosse bévue industrielle pleine de vérités rouillées et de cancres qui lisent les yeux fermés en se gargarisant de lettres fanées !"
(Tout compte fait, ce n'est peut-être pas si incompréhensible que ça ?)


Vous apprécie-t-on lors d'une conversation ?
Faites le test

Retour haut de page

Contact

[Page d'Accueil]   [Retour à la page précédente]

Valid XHTML 1.0 Transitional