Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Nous allons écrire ensemble...

2ème histoire :

8 textes ajoutés
Dernière mise à jour :

Derniers paragraphes ajoutés

bouton   Texte proposé par adiedu59

Allongé sur la moquette, Peter contemplait la poussière qui volait sans se soucier le moins du monde de ce qui se passait autour de lui. Il finit par rouler sur le ventre pour regarder Jeanne.
- Tu cherches quelque chose ? demanda-t-il.
- Quelle perspicacité ! Je cherche un élastique...
- Un élastique ! Exactement ce qu'il nous faut pour en terminer avec ce relooking. Tu as trouvé ?
Elle s'immobilisa le temps de nouer ses cheveux puis replongea dans le tas de vêtement. Au bout d'un quart d'heure, elle se redressa, un sac dans les mains.
- Tu as déjà trouvé ? dit le jeune homme ironiquement.
- Je reviens tout de suite ! Ne bouge pas Peter !
Quelques minutes plus tard, elle revint. Petites sandalettes noires, jean retroussé sur les chevilles, la taille ceinte d'une large ceinture de cuir noir nouée sur une chemise d'homme, elle avait tout l'air d'un jeune corsaire.
- Pas mal, siffla Peter... Bon, maintenant si on allait manger ? Je meurs de faim. (auteur)
Jeanne était ravie : elle adorait que Peter la regarde se préparer, qu'il l'attende. Elle était prête à présent, prit ses lunettes de soleil qu'elle accrocha dans ses cheveux, comme un bandeau. Elle prit le bras de Peter.
Comme tous les mardis, ils allaient manger une pizza ou des pâtes chez Paulo, un de leurs amis. (auteur)
Mais rien ne se passa comme à l'ordinaire... Les pâtes et la pizza, à la grande surprise de chacun, avaient été retirées de la vente dans tous les magasins de France et de Navarre puis furent interdites en raison d'une guerre civile annoncée à la radio le matin même.
Interdit de manger des pâtes et de la pizza sous peine de condamnation à mort. La dictature culinaire venait de naître dans le pays le plus gastronome au monde. L'État commença par interdire la pizza et les pâtes puis continua avec les hot-dogs. Une nouvelle politique était née sans le consentement du peuple. L'État décida d'inhiber la volonté de chacun afin de prendre le contrôle de manière à pouvoir manger tous les stocks de pizza, de pâte et de hot-dog à lui seul et cela sans aucune révolte du peuple.
Une loi visant à mettre l'individu dans une sorte d'état végétatif arrosé par un jardinier n'ayant absolument aucune connaissance en horticulture... Une nouvelle civilisation pour des citoyens qui n'en veulent pas et n'ont rien demandé d'autre que de manger de la pizza, des pâtes et des hot-dogs.
Soi-disant un avenir meilleur en plaidant le changement mais qui en réalité est un grand pas en arrière en faisant croire à quelque chose de nouveau.
Pour reprendre une grande phrase de Armstrong et la modifier pour les circonstances : "Un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour l'humanité". Dans ce cas bien précis, je dirais cette fois : "Un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour la fin des libertés."
Peter et Jeanne le comprirent et décidèrent de se révolter en créant une société secrète et souterraine où cette fois une réelle civilisation pourrait voir le jour et devenir l'avenir de demain...
Ils remplacèrent respectivement les pâtes, la pizza et les hot-dogs par des munitions, des scies circulaires et des armes...
En effet, une belle civilisation sans violence en remplissant les hot-dogs de pâtes pour commettre des assassinats et sabotant les propriétés de l'État à l'aide de pizzas...
Mais était-ce une bonne solution ? (auteur)
C'est alors que Peter et Jeanne décidèrent de ne pas mourir de faim et de faire fi de ces stupidités. Après tout, nous étions le 1er Avril et ces informations ne firent que les amuser.
Peter éteignit la radio et entraîna Jeanne vers le resto de Paulo. Ils le trouvèrent tout plié, inondé de larmes de rire, accroché au cou d'un consommateur dans le même état que lui. Les autres tables étaient aussi survoltées, la gaieté soulevait les nappes, les spaghettis et les pizzas, et les serveurs hurlaient de rire ! (auteur)
Ils étaient pris de spasmes de rire, hilares, mais le doute s'était emparé d'eux ; ils ne savaient plus que penser...
Les pizzas étaient devenues nauséabondes et dégageaient une odeur mortifiée ; les papilles retournées d'écœurement, l'esprit perdu dans la brume, ils ne savaient plus s'ils devaient rire ou pleurer.
Et si toute cette nourriture, au fond, n'était que cochonnerie dont la seule fonction était de réduire le corps humain à sa déchéance ?
La salle du resto fut illuminée par cet éclair de lucidité... (auteur)
Et le plus risible, dans tout ça, c'était bien que pour vouloir rester en vie, physiologiquement, aussi misérablement que simplement, il fallait devenir son propre bourreau : entraîner sa propre déchéance... Alors, la seule façon de se décider vivant et rester libre, était-ce de se laisser mourir de faim ?
Tout le monde décida de rentrer se coucher, pour tenter de se réveiller de ce cauchemar dès le lendemain... (auteur)
Quand le réveil sonna, Peter ouvrit les yeux, tentant d’émerger de ce cloaque de nouvelles étranges dans lequel ils étaient tombés la veille. Puis la solution lui apparut soudain : quand on rêve, on n'a plus faim. Quand on aime, itou. Venait donc enfin le moment de reprendre les rênes des émotions et du vivant, pour vivre sans dépérir.
Le temps des pizzas était révolu, il fallait trouver des nouveaux raisonnements pour communiquer. Changer le monde à coups de tartiflettes ou de sauce tomate, ce n'était peut-être pas l'avenir. Alors ? Où se cachent les philosophes de cette génération ? Sont-ils drogués à la télé-réalité ou savent-ils encore penser, réfléchir ? (auteur)

Améliorer le texte :

bouton   Remarque : on peut introduire un passage entre deux autres déjà écrits...
bouton   Chaque auteur peut corriger ultérieurement son propre texte ou suggérer une autre version à l'un des participants.
bouton   Attention : lisez bien le texte qui précède avant de composer la suite afin que le récit reste cohérent.
Participants : adiedu59, Boom, alban.vigliano, Communication, Agnès H, bouffon

Écrivez la suite à Histoire2

Écrire ensemble  |  1ère histoire  |  3ème histoire  |  4ème histoire
Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

Valid XHTML 1.0 Transitional